S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En clair
Toutes les réponses aux questions essentielles de l’actu

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.02.2024 à 17 H 53 • Mis à jour le 14.02.2024 à 17 H 53 • Temps de lecture : 4 minutes
Par

n°950.Bientôt une agence nationale pour mobiliser les investissements des MRE ?

Inscrit dans un nouveau modèle de développement, le Maroc parie aussi ses ressortissants installés à l’étranger pour réaliser ses objectifs économiques et sociétaux. Alors que les initiatives visant à faire des MRE une force contribuant au développement du pays se multiplient, une nouvelle initiative, cette fois-ci législative, est proposée par les députés du Rassemblement national des indépendants (RNI). Les détails

Faire des Marocains résidant à l’étranger (MRE) un catalyseur de développement économique du pays est l’un des objectifs du nouveau modèle de développement (NMD) adopté par le royaume et sur lequel l’accent a été depuis mis par le roi Mohammed VI dans ses discours, appelant à « la création d’un mécanisme dédié qui aura pour mission d’accompagner les compétences et les talents marocains à l’étranger, d’appuyer leurs initiatives et leurs projets  ».


Inspirés par cet appel, une année plus tard les députés du parti du chef du gouvernement le Rassemblement national des indépendants (RNI) tentent de le concrétiser. Ceux-ci ont récemment soumis une proposition de loi portant sur la création de l’Agence nationale pour la mobilisation des investisseurs et des compétences des Marocains du monde, qui serait chargée d’ « établir des liens structurels et institutionnels avec les compétences et les porteurs de projets marocains résidant à l’étranger, afin de faciliter leur contribution aux chantiers de développement ».


Un pont entre le royaume et ses ressortissants

Dans la note de présentation de cette proposition les parlementaires du RNI à la première chambre fixent cinq objectifs que la création de cette agence permettra, en tant qu’ « un mécanisme institutionnel » de réaliser. Il s’agit tout d’abord, comme son nom l’indique, de mobiliser les investisseurs et les compétences marocains résidant à l’étranger. Ensuite, l’agence permettrait de développer des politiques et programmes à même de répondre aux attentes de ceux-ci, ainsi que de créer les conditions convenables à leur contribution dans les projets de développement prioritaires. En outre, ces parlementaires considèrent que la création de cette agence d’établir un réseau d’échange des expériences, des idées et des initiatives entre ces MRE et les partenaires institutionnels nationaux.


Dans cette perspective, cette institution publique, qui serait dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière, aurait comme mission  de renforcer la coordination entre les différentes institutions nationales en charge des affaires des MRE. L’agence devrait aussi veiller à ce que la dimension de mobilisation des MRE soit incluse dans l’ensemble des programmes nationaux, selon le texte proposé par le RNI.


L’agence, dont le texte propose d’installer le siège à Rabat en vue d’éventuellement créer des représentations à l’étranger, devrait aussi se mobiliser auprès des MRE afin de les engager et les faire participer au développement de stratégies sectorielles de développement. Dans ce cadre, cette institution aura un double rôle : mobiliser les investisseurs marocains résidant à l’étranger pour investir dans les différents domaines, en plus de promouvoir la formation et la recherche dans les domaines des nouvelles technologies. Ces MRE seraient aussi appelés à participer à l’évaluation des programmes et des projets de développement.


Sur un autre volet, l’agence jouerait le rôle d’intermédiaire pour connecter les investisseurs et les compétences nationales avec leurs pairs résidant à l’étranger. L’objectif étant de créer une dynamique de construite des réseaux « thématiques » ou « géographiques » tant sur le plan national qu’international.  Cette entité que proposent les parlementaires du RNI de créer aurait comme mission de promouvoir une coopération « tripartite » et « décentralisée  » entre les régions et collectivités territoriales du Maroc et les investisseurs marocains à l’étranger afin de stimuler le développement local.


Mobilisation de tous les acteurs

Dirigée par un conseil d’administration composé de représentants de l’ensemble des autorités gouvernementales, des présidents des régions et des chambres professionnelles, ainsi que de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), l’agence, propose le même texte, bénéficierait du soutien financier de l’État, ainsi que d’autres institutions nationales et internationales dans le cadre des partenariat qu’elle nouerait. Elle pourrait par ailleurs compter sur les revenus qu’elle générerait des services qu’elle fournirait et des activités qu’elle mènerait.


En plus du soutien financier, les députés du RNI propose dans ce texte que l’agence soit épaulées dans ses activités par les autres acteurs institutionnels nationaux. A cet égard, il est proposé de la doter du droit de demander à l’administration publique, aux établissements et entreprises publics, aux collectivités territoriales, et aux Centres régionaux de l’investissement (CRI) de lui fournir l’ensemble des ressources, documents et informations nécessaires pour l’accomplissement de ses missions.


Avec les CRI, l’agence devrait mener une collaboration étroite dans le cadre mémorandums d’entente. L’objectif étant de faire le suivi des activités d’investissement des MRE. Cette disposition s’aligne sur celles de la charte de l’investissement adoptée par le Maroc et qui prévoit de nombreuses mesures incitatives ciblant les MRE, afin de les encourager à investir dans le royaume.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite